• Paranoid Doll

    music, lyrics : natsuP

    illust, video : HaruAki

    vocal : Gakupo Kamui

    date : 22 juillet 2009

     

    lyrics (romaji) : 

    Torawareta ikiba no nai kokoro ugokenaku naru
    Jibun no kimochi sae mienai me wo somuketeru
    Te no hira ni tsutsumarete iru chou you ni
    Tobitakute mo tobenai hane ga

    Tsugou no ii youni ikireba ii yo
    Kurushii nante iwasenai kara

    Mimimoto de kikoeru yuuwaku

    Jiyuu wo motomete wa tadoritsukezu
    Ibasho no nai genjitsu ni
    Omoidoori ni naranai chizu wo nagamete iru
    Karada ga kirisakare itami ni kiete iku
    Kioku mo negai mo
    Setsunaku irozuki hidarite ni wasurerarenu kizu
    BOKU WA PARANOIA

    Tsunagareta teashi kakusareta hitomi no naka ni
    Omoidasu ano omokage wa maboroshi nanoka

    Zenbu sutete shimaeba raku ni nareru yo
    Itami ga kaikan ni kawatte iku yo

    Tewatasareru kindan no akai mi

    Jibunrashisa nante wakaranakute
    Kako ni shibarare kurikaesu
    Toki no ayamachi ni kizukazu ni "ano mi wo kudasai"
    Te ni iretai mono wo tsukamenakute
    Kienai kizu wo fuyasu dake
    Kizutsuite shimatta mishiranu sekai ni nokosareta
    BOKU WA PARANOIA

    Unadareru kubi
    Kikoenai mimi
    Sakebenai nodo
    Ugokenai ashi
    Kore ga genjitsu ga yume kawaranai
    Demo kimi wa tashika ni boku wo mite ita

    Kurai yami no naka de mogaki nagara
    Nandomo jibun wo mitsuketeru
    Migite ni nokoru akai iro BARABARA no chouchou
    Konomama nemurazu ni aruki tsuzukereba
    Itsuka wa tadoritsukeru?
    Yuku te ni kimi no ashiato ga mieru mou modorenai
    BOKU WA PARANOIA

     

    traduction (source : hatsune-miku.skyrock.com )

    Sans destination précise, mon coeur prisonnier ne peut plus bouger.
    Pas même mes propres émotions ne peuvent être vues par ces yeux évités.

    Comme pour un papillon attrapé dans la paume de la main,
    Voler m'est impossible.

    Il est normal de vivre comme tu le souhaites.
    Je ne te laisserai pas dire que c'est douloureux.

    La tentation chuchote près de mes oreilles.

    Je suis cette route tout en recherchant la liberté
    Dans cette réalité où il n'y a nulle part où aller.
    Je regarde cette carte qui ne me satisfait plus,
    Jusqu'à ce que mon corps soit déchiré et que je disparaisse dans la souffrance.
    Avec des souvenirs et des désirs tous les deux colorés de tristesse,
    Ma main gauche a une blessure qui ne peut pas être oubliée.
    Je suis paranoïde.

    Peinant à marcher avec ces membres, caché au coeur de ces yeux.
    Je m'en souviens : cette image était-elle une illusion ?

    Ca aurait été plus simple de tout foutre en l'air.
    La douleur se serait changée en plaisir.

    Rends-moi le fruit rouge interdit.

    Je ne comprends pas ce qui m'arrive.
    Coincé dans le passé, je me répète encore et toujours.
    Réalisant que c'était la faute du temps, je dis
    "Donne-moi ce fruit."
    Tant que je serai incapable d'attraper cette chose désirée,
    Les blessures ne disparaîtront jamais, elles ne feront qu'augmenter.
    Je l'ai réalisé maintenant, laissant derrière-moi ce monde inconnu.
    Je suis paranoïde.

    Un cou pendu,
    Des oreilles qui ne peuvent pas entendre,
    Une gorge qui ne peut pas crier,
    Des pieds qui ne peuvent pas bouger.
    Est-ce un rêve ou la réalité ? Je ne sais pas.
    Mais tu m'as sans aucun doute regardé fixement.

    Pendant que je me débats dans l'obscurité,
    Peu importe combien de fois je me trouve.
    Tout ce qu'il me reste dans la main droite sont les restes d'un papillon.
    A ce rythme, je continuerai de marcher sans me reposer.
    Quand vais-je enfin y arriver ?
    Je peux voir ce chemin avec les empreintes de tes pas. Je ne peux pas revenir en arrière.
    Je suis paranoïde.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :