• Shikiori no Hane

    music, lyrics : Hitoshizuku-P & Yama△

    illustrations : Suzunosuke

    vidéo : TSO & VAVA

    vocal : Rin & Len Kagamine

    date : 12 aout 2013

     

    lyrics (romaji) 

    Mai-ochiru konayuki ga
    Yama no se wo shiroku someru
    Sabireta mura no abaraya de
    Futari, mi wo yoseau fuyu no yoru

    "Deatta hi mo, yuki datta"
    Anata ga hohoemi tsubuyaku
    Iroribi ni hotetta kao wo
    Ookina sode no kage ni kakushita

    Haru no otozure wo
    Ibuki no yorokobi saezuru tori-tachi to utau
    "Kirei na koe da ne" to anata ga itta
    Tada sore ga, sono kotoba ga, ureshikute

    "Itsuka, kirei na koe ga denaku natte mo,
    Sore demo, watashi wo aishite kuremasu ka?"
    "Atarimae da yo" tte yasashiku warai
    Sotto ookina te ga hoo wo nadeta

    Aoba teru natsu no gogo
    Anata ga yamai ni taoreta
    Mazushii meoto kurashi de wa
    Anata wo naosu kusuri wa kaenai

    Akuruhi mo akuruhi mo
    Tada, hitasura ni hata wo oru
    Hakanaki momiji no ha no you ni
    Anata no inochi wo, chirase wa shinai

    Kisetsu wa nagarete
    Natsu no owari wo tsugeru suzumushi ga RIN, to naku
    "Kirei na yubi da ne" to kizu darake no te wo nigiru, sono te ga
    Amari ni mo tsumetakute...

    "Itsuka kirei na yubi ga nakunatte mo,
    Sore demo watashi wo aishite kuremasu ka?"
    "Atarimae da yo" tte seki komi nagara
    Itamu yubi wo ookina te ga tsutsunda

    Hiru mo yoru mo hata wo ori-tsudzukete
    (―Aa)
    Hayaku hayaku, kusuri wo kawanakereba...
    (rakujitsu no kaze―)
    Mou sukoshi, ato sukoshi, momiji ga chiru mae ni
    (―Mujou ni kuchite iku mi no―)
    Kono yubi ga tomaru made... kono hane ga, tsukiru made...
    (―Tomoshibi wo yurashi otosu―)

    "Itsuka, watashi ga HITO ja nakunatte mo,
    Anata wa, watashi wo aishite kuremasu ka?"
    Kowakute shinjitsu wa tsugerarenu mama
    Sotto hitori, saigo no hane wo ori...

    "Atarimae da yo" tte boku wa warai
    Tsubasa wo nakushita kimi wo dakishime, itta
    Kirei ni habataita ano hi no tsuru wo
    Zutto, ima demo oboete iru yo

    Soshite kawarazu kimi wo aishite iru yo

     

    Sachiko & Gackupo's cover ◄

    violin cover ◄

    french cover : Omegata ◄

     

    traduction : (Omegata)

    La neige tombait, recouvrant lentement

    Les monts et les plaines, d’un fragile voile blanc

    Dans une maison usée d’un village déserté

    Deux amants se blottissaient en une nuit glacée

    “ Il neigeait aussi au tout premier jour ”

    Souriant as-tu dit dans le creux de mon cou

    Mon visage échauffé par la cheminée,

    Dans ta manche je décidais alors de le cacher

    Et dans un souffle de joie

    Je chantais l’arrivée du printemps en choeur

    Avec tous les oiseaux gazouillant

    “ Comme ta voix est belle ” as-tu dit,

    Affichant un doux regard

    Rien que ça, ces mots de toi

    Parvenaient sans peine à m’émouvoir

     

    “ Si un beau jour je ne possédais plus cette voix que tu aimes tant,

    M’aimerais-tu toujours de la même manière qu’avant ? ”

    Évidemment ” as-tu répondu en souriant gentiment,

    En même temps que ta large main caressait mon visage.

     

    C’était en été, le soleil brillait

    Tu t’effondras au sol d’une maladie brutale

    Notre pauvre, miséreuse vie maritale

    N’avait pas les moyens de subvenir à tes besoins

    Le jour qui suivit, et celui-ci d’après,

    Je ne fit rien d’autre que de coudre sans arrêt

    Je ne pouvais pas laisser ta vie m’échapper

    Tel un arbre, qui en automne, voit ses feuilles tomber

    Et les saisons qui s’écoulaient

    L’été emporté par le cri des grillons

    Qui marquent l’approche de l’hiver

    “ Tes doigts sont si fins et délicats ” dis-tu de mes mains abîmées

    Mais je réalisais alors que les tiennes

    Étaient beaucoup trop froides…

     

    “ Si un beau jour je ne possédais plus ces doigts que tu aimes tant,

    M’aimerais-tu toujours de la même manière qu’avant ? “

    Évidemment ” as-tu répondu en toussant fébrilement

    Carressant faiblement, mes doigts dolents meurtris par le devoir.

     

    Le jour et la nuit, sans répis, je couds, je ne m’arrête pas

    - “ Aah… l’impitoyable brise solaire ” -

    Dépêchons-nous, dépêchons-nous, j’ai besoin de médicaments

    - “ Balais la flamme du bruit se décomposant ” -

    Encore un peu, encore un peu, avant que l’automne ne laisse place

    - “ Jusqu’à… ce que mort s’en suive ” -

    Jusqu’à ce que ces doigts, ce plumage deviennent pour de bon…

    … Inutilisables.

     

    “ Si un beau jour je n’étais plus humaine, nos chemins se séparant,

    M’aimerais-tu toujours de la même manière qu’avant ? ”

    La vérité que je craignais tant, inavouable à présent

    Je cueillis, tristement, la dernière plume restante…

     

    Évidemment ” ai-je répondu en souriant gentiment

    Je te promet, je t’enlacerais, même quand tu auras perdu tes ailes

    Et cette belle grue que j’ai vu s’envoler haut dans le ciel

    Je n’ai pas oublié, et n’oublierais jamais ce jour

    Et de la même manière qu’avant…

    Je t’aimerais pour toujours.


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :