• Oldelaf

    OldelafNom : Olivier Delafosse

    Date de naissance : 10 mai 1975

    Sexe : ♂ masculin

    Statut : actif (2000)

    Genre : auteur-compositeur humoristique, interprète, musicien

    Groupes

       1993-2003 : Les Petits Humains

       2000-2010 : Oldelaf & Monsieur D

       2003-2005 : Les Fatals Picards

    Liens : // site // youtube //

    Tag : oldelaf

     

    ► Le café

    ► Courseulles-sur-mer ◄

    ► Digicode

    ► Je mange

    ► Kleenex

    ► Les Mains froides

    ► Le Monde est Beau ◄

    ► La Peine de Mort

    ► Sparadrap ◄

    ► La Tristitude ◄

     

    Oldelaf

  • music, lyrics : Oldelaf

    album : Dimanche

    date : 24 juillet 2014

     

    lyrics

    Il y avait pour entrer juste un digicode
    Deux lettres et dix chiffres incommodes
    Un détail que t'avais surement oublié
    4 milliards de possibilités

    J'ai appelé plusieurs fois, et laissé des messages
    Toi tu n'me répondais pas de ton dixième étage
    J'ai crié, j'ai pleuré et j'ai balancé même
    Un caillou qu'a cassé une fenêtre au troisième

    Il y avait pour entrer juste un digicode
    Deux lettres et dix chiffres incommodes
    Un détail que t'avais surement oublié
    4 milliards de possibilités

    J'ai quand même vérifié sur mon téléphone
    Que t'avais pas laissé avant qu'j'abandonne
    Une énigme ou un code, un rebus en bulgare
    Mais non juste ce petit mot, "ne soit pas en r'tard"

    Il y avait pour entrer juste un digicode
    Deux lettres et dix chiffres incommodes
    Un détail que t'avais surement oublié
    4 milliards de possibilités

    Un instant, une lumière m'est apparue forte
    Une silhouette légère entrouvrit la porte
    C'était juste monsieur Jacques le voisin du trois
    Qui m'a mis une claque puis a r'fermé d'vant moi

    Bien plus tard, bien plus loin dans cette soirée
    J'allais commencer à m'suicider
    Une dame très gentille m'a tenu la porte
    M'a ouvert le paradis en sorte
    J'ai repris goût aux choses et j'ai sourit même
    La vie peut être si rose quand quelqu'un vous aime
    Je me suis avancé dans le hall plein de charme
    Quand j'ai vu quelque chose qui m'a fait fondre en larmes

    Il y avait pour entrer juste un interphone...

    "Allô?"
    "Allo Stéphanie?"
    "ah non moi c'est Tatiana"
    "Ah non bah je voulais parler à quelqu'un qui s'appelle Stéphanie dans votre immeuble"
    "Ah non c'est pas ici mais vous pouvez monter quand même"
    "Non bah tant pis j'rappelerai"

    "Allô?"
    "Allô?"
    "Ah j'suis pas chez Stéphanie?"
    "Ah c'est encore toi?"
    "Euh... oh mince non non non"
    "Donc ça t'as pas suffit d'taleur, donc si tu veux que j't'en r'mette une dans l'cornet moi j'descend tout d'suite"
    "Non non non, je,.je pars"
    "J'arrive"
    "Je pars!"

    "Oui allo c'est pour quoi?"
    "Allô Stéphanie?"
    "Non"
    "Excusez moi y a pas de Stéphanie chez vous?"
    "Non"
    "Et dans l'immeuble vous en connaissez une?"
    "Je ne connais pas de ...non"
    "Une Stéphanie au dixième étage"
    "Non!"
    "Y a bien un dixième étage chez vous?"
    "Non!"
    "Chuis bien au numéro quinze de la rue?"
    "Non!"
    "Ah c'est p'têt pour ça excusez-moi... au revoir"


    votre commentaire
  • music, lyrics : Oldelaf

    album : Le monde est beau

    date : 12 septembre 2011

     

    lyrics

    C'était si beau la rue Monge sous la neige
    Et je marchais les deux mains dans les poches
    Toutes trouées de mon pantalon beige
    Pourquoi d'ailleurs avais-je mis le plus moche ?
    Je t'ai croisé sans vraiment m'y attendre
    Et en même temps on avait rendez-vous
    Tu as souris et t'es venue me prendre
    Les mains que je planquais dans mon futal à trous

    Je me souviens que j'avais les mains froides
    Je tremblotais et j'étais à la traîne
    Tu ne devais pas les trouver si froides
    Car malgré tout tu les laissas dans les tiennes

    On a marché vers la rue des écoles
    On s'est posé tout au fond d'un bistrot
    Je t'exposais une théorie folle
    Que par ce temps c'est sympa un thé chaud
    Toi tu souriais en plissant tes yeux noirs
    Que je voyais même sans les regarder
    Tu t'es levée t'as payé au comptoir
    Puis t'es venue par les mains me chercher
     
    Je me souviens que j'avais les mains froides
    Je tremblotais et j'étais à la traîne
    Tu ne devais pas les trouver si froides
    Car malgré tout tu les laissas dans les tiennes

    On est allé dans ta chambre au 6ème
    J'avais prévu de te lire des poèmes
    T'as mis un vieux disque de Billy Paul
    Je me suis tu et j'ai lu les paroles
    Il te restait quelques gouttes de Madère
    J'ai dis pas trop tu m'as servi un verre
    Et au moment où j'allais y goûter
    Tu m'as souris et tu m'as embrassé

    Je me souviens que j'avais les mains froides
    Je tremblotais et je me sentais nul
    Tu ne devais pas les trouver si froides
    Car malgré tout tu les laissas sous ton pull

    Tu m'as dit : "Gars, j'aime bien tes manières"
    Et moi j'ai dit : "Je connais un poème"
    Tu m'as souris t'as éteint la lumière
    Dans mon oreille t'as glissé un "Je t'aime"
    J'aurais dû dire un mot tendre et sympa
    Mais moi je t'ai juste dit rien du tout
    Puis doucement tu t'es collée à moi
    Et pour le reste ça n'appartient qu'à nous
     
    Je me souviens que j'avais les mains froides
    Je tremblotais mais je me sentais bien
    Tu ne devais pas les trouver si froides
    Car malgré tout tu les laissas sur tes seins


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique